Constellation Draco-L’Hippopotame de Taouret

Presque au Centre, on peut voir un Hippopotame avec des mamelles se tenant debout sur ses pattes arrières et tenant un couteau :

Agrandissons-le :

Cette Constellation est parfois confondue avec le Serpent Apophis du fait de son nom Draco, le Dragon.

Le Dangereux Hippopotame d’Égypte Antique  :

Sur les rives du Nil, vivait un animal réputé pour être le plus dangereux et le plus imprévisible de tous les animaux.
Craint par tous, y compris les crocodiles, l’hippopotame, en apparence paisible, peut se révéler d’une agressivité incroyable. L’hippopotame est parfaitement adapté à une vie semi aquatique. Il peut voir et entendre sous l’eau. Il est capable d’ouvrir son énorme gueule selon un angle de 150 degrés.

Hippopotame, du grec ἵππος, hippos, « cheval », et ποταμός, potamos, « fleuve », fait référence à leur mode de vie amphibie.

La silhouette des espèces d’hippopotames vivants est similaire, ils sont massifs, leurs pattes forment des piliers. Ils possèdent une grosse tête, une bouche large qui peut s’ouvrir selon un angle important, des canines importantes qui peuvent mesurer plus de 60 cm.

Les testicules du mâle se trouvent à l’intérieur de la cavité abdominale (comme chez le rhinocéros).
Pendant sa quête de nourriture, il arrive parfois qu’il pénètre dans des plantations, occasionnant alors d’énormes dégâts. Il consomme 40 kg de matières végétales par jour. Lors des périodes où les herbes viennent à manquer ils peuvent sans problème se nourrir aussi de viandes, ces animaux étant des charognards occasionnels.

L’hippopotame peut être aussi dangereux qu’un crocodile, tous deux vivent dans le Nil, c’est pourquoi, leur dangerosité fût fusionnée au travers de leur représentation à chacun pour ne donner qu’une seule créature mi-croco et mi-hippo , c’est pourquoi son Némés ( coiffe égyptienne en tissu ) parfois représenté de couleur bleue peut l’être aussi par la couleur verte si on tient compte de la couleur du crocodile fusionné, car un Némès descend rarement aussi bas.

ramses-ii

Les Anciens Egyptiens les combinèrent parfois, pour en faire la Déesse Amonet au corps hybride, mi-hippopotame, mi-crocodile, mi-lion mais elle ne remplit pas la même fonction et n’a pas le même statut que la Déesse Hippopotame Taouret.

Taouret ( Thouéris en grec ) cette déesse symbolise à la fois la fécondité et la férocité de la mère défendant sa progéniture.
A noter qu’il existe une déesse particulière pour les accouchements, moment particulièrement périlleux et exaltant, en la personne de Meskhenet.

Taouret et Seth divinités Hippopotame :

Adoré sous la forme femelle bienveillante de la déesse Thouéris (ou Opet ou Ipet), protectrice des naissances et incarnation de la fécondité aquatique. Craint sous la forme maléfique de Seth, dieu du désordre et du chaos, du Tonnerre et des Forces violentes, l’Hippopotame est aussi considéré par les pharaons comme un animal maudit, ennemi des dieux, qu’il faut exterminer.

Les Egyptiens redoutent ce représentant du Nil capable d’affronter la toute puissance de Pharaon, depuis qu’un hippopotame tua Ménès, premier roi d’Egypte, bâtisseur de la ville de Memphis.
Selon certaines légendes, l’hippopotame aurait même participé au combat des dieux Horus contre Seth.

Le couteau de Taouret :

Déesse protectrice de l’accouchement. Sa représentation a deux buts. Tout d’abord tenir le mauvais sort éloigné de l’enfant à naître. Ses seins généreux lui offrent un bon allaitement. La relation avec la maternité est établie selon un autre accessoire qui l’accompagne parfois,  un couteau en obsidienne dont on se servait pour couper le cordon ombilical, une des facultés de cette matière est de couper de manière antiseptique pour éviter l’infection du cordon.

Mis à part cet aspect maternel, la couleur rouge de Taouret est peut être aussi une évocation aux menstruations.

racouteau
Abondants dans la vallée du Nil, les hippopotames ravagent les cultures et sont considérés comme des ennemis par les paysans, qui les chassent à l’aide d’un harpon. Cette chasse prend très tôt un caractère rituel. Symbole des forces mauvaises, identifié à Seth, l’hippopotame est mis à mort rituellement par le roi sur les représentations figurées des mastabas (tombes). Les mâles blancs, symbole de la toute puissance du mal, sont encore plus redoutés et sont, à Edfou, la ville d’Horus, exterminés par des harponneurs choisis par les pharaons.

Frayeur visuelle :

Les hippopotames du Nil apparaissent tel des monstres sanguinaires parce que leur peau est glabre et sécrète, pour se protéger du soleil, une sorte d’écran solaire naturel rougeâtre, ainsi sans cette notion de zoologie, on peut s’expliquer pourquoi cet animal est encore plus effrayant sans tomber dans la superstition.

Le rouge dont se servaient les A.E. pour illustrer Taouret, n’était donc pas une vue de l’esprit, ni une référence liée à une quelconque croyance sanguinaire  mais rappelle juste ce mucus.

draco-touarte

Nous avons vu aussi pourquoi sa coiffe serait de couleur verte.

Draco ancienne étoile Polaire :

La constellation Draco avant la Précession des Equinoxes, était l’Etoile Polaire, qui aujourd’hui, depuis -150, a été remplacée par la Petite Ourse du fait de la Précession.
Voici une photo du Plafond de la Tombe de Sethi 1er ( – 1279 ) :

On voit bien la divinité Hippopotame avec au dessus d’elle, le dieu crocodile ( peut être Sobek ).

Il n’en fallut pas plus pour que les Grecs combinent ces deux divinités en une seule parfois plusieurs têtes sur un seul corps.

Le Dragon des Grecs :

Dans la mythologie grecque, Ladon est un reptile imaginaire, fils d’Échidna et de Typhon (ou de Phorcys et de Céto, selon les versions). Les Grecs lui attribuèrent cent têtes, et pour couronner le tout, chacune parlait dans une langue différente mais on représente aussi Ladon avec une seule tête.

Héraclès ne fût pas le seul à combattre ce que les Grecs nomment Dragon bien qu’ils le représentent plutôt comme un Serpent; en effet, Cadmos, Kadmos ou Cadmus en latin Cadmus, fils d’Agénor (roi de Tyr en Phénicie et de Téléphassa, est le fondateur légendaire de la cité de Thèbes (en Béotie). Les Grecs ont crédité Cadmos de l’introduction en Grèce de l’alphabet phénicien.

Dans la mythologie grecque, la constellation proviendrait soit du dragon qui attaqua Athéna dans la guerre entre les dieux de l’Olympe et les Titans, soit du dragon tué par Cadmos près du lieu où il fonda Thèbes, soit de celui qui gardait la Toison d’or ou bien encore du dragon Ladon qui gardait les pommes d’or du jardin des Hespérides et fut tué par Héraclès, soit Agavé qui épousera l’homme dragon Echion et donnera naissance à Penthée qui sera pris pour un lion.
On a le choix comme toujours avec les Grecs…

Avec une telle multitude de récits différents, il serait trop long de les raconter tous, mais nous pouvons pour y trouver des points communs avec Thouèris ou Seth l’Hippopotame.

Il existe le Dragon Ladon mais aussi le Fleuve Ladon chez les Grecs qui évoque par comparaison le Nil où vivent les Crocodiles et les Hippopotames, que le rôle de Gardien de Ladon évoque, le rôle de gardienne de Thouèris à l’entrée des nécropoles, que la méchanceté de Ladon évoque, le caractère dure de Sobek, qui dévore ceux qui n’ont pas vécu de manière juste, que l’aspect antropomorphique de Ladon évoque la combinaison des 3 animaux qui composent Thouèris, tout cela se déroulant aux confins du Monde, c’est-à-dire au Nord, là où se trouve les Hespérides.

Le Pommier d’Or est une pure invention grecque, dont la Bible s’inspira pour le Mythe d’Adam et Eve, mais on peut supposer, que ces pommes dorées qui brillent, sont assimilées à des Étoiles, en référence à l’Etoile polaire qui brille le plus dans le ciel.

Quoi qu’il en soit, la Constellation Draco est intimement liée à la Constellation Hercules-Somtous le Fils de Hérichef, comme nous l’avons vu dans l’analyse du héros grec.

Précisons néanmoins que le nom du dragon provient de l’indo-européen par le grec « drakôn » et le latin « draco ». Le mot grec provient du verbe « derkomai » qui signifie « regarder, fixer » alors que son sens premier était « brillant ».

« Brillant » comme l’étoile Polaire que fût la Constellation Draco avant la Précession des Equinoxes.

Influence Chrétienne dans l’Astronomie :

Le ciel astronomique fût, pendant un temps, vers le XVII ième Siècle, peuplé des personnages de la Bible, Hercules fût représenté sous la forme des Saints Enfants Innocents par Julius Schiller dans son Coelum Stellatum Christianum, daté de 1627.

Source : http://www.lindahall.org/services

Le massacre des Innocents est le nom donné à un épisode relaté dans l’Évangile selon Matthieu en même temps que la Fuite en Égypte : le meurtre de tous les enfants de moins de deux ans dans la région de Bethléem, ordonné par Hérode peu après la naissance de Jésus. Les Églises les honorent comme martyrs.

Cet épisode est absent des autres Évangiles canoniques et des premiers apocryphes. Il n’est pas non plus mentionné chez l’historien juif Flavius Josèphe.

Il est difficile de savoir si un véritable événement historique est à la base de cette histoire.

Ce qui est sûr c’est que depuis que le Christianisme existe, il y a en effet beaucoup d’enfants innocents victimes des prêtres religieux…

Vision astronomique de l’Egypte Antique :

Nous l’avons vu Draco est en fait, la Divinité Taouret ou Seth l’Hippopotame ou une combinaison des deux, en effet, si on observe les oreilles de l’hippopotame du Zodiaque Egyptien, on remarque que ces oreilles sont pointues, alors que celles de l’hippopotame de la Faune en a de petites et arrondies, mais on remarque aussi sur le Zodiaque Egyptien, que la Constellation a des mamelles.

La Couleur Orange est aussi une couleur maudite par les Egyptiens, car elle évoque la couleur du désert, la couleur de Seth.

Si on se base sur l’Uranometria de Bayer, on constate que les Anciens Egyptiens n’ont pas redessiné le ciel, il était déjà dessiné par lui-même et regroupant pour chaque constellation bien plus d’étoiles que celles de l’astronomie latine moderne :

draco-vierge

Le dessin linéaire accepté par les Astronomes Modernes nous montre non pas un Dragon médiéval ou Chinois :

draco-lignes-vertes

Comme on va l’observer sur ces 4 angles différents, alors que l’astronomie latine elle, se contente d’un seul angle et en général si on se base sur les lignes reliant les étoiles des constellations latines, il est plus que difficile de reconnaître sans dessin, on y décerne clairement la Constellation Taouret :

draco-uranometria-bis-bis

draco-uranometria-bis-bis-bis

draco-uranometria-bis-bis-bis-bis

draco-uranometria-bis

On remarquera aussi que chacune de ces versions stellaires de Draco sont bien toutes à l’intérieur du cercle dessiné par Bayer, en effet, on ne peut pas dépasser ce cercle si on veut faire de l’astronomie sérieuse.

C’est la première version stellaire de Taouret qui semble le plus se rapprocher de celle du Zodiaque de Denderah.

draco-et-taouret

Mais on pourrait se dire aussi « Mais les Anciens Egyptiens n’ont plus ne tiennent pas compte de toutes étoiles ! » En fait, ils en tenaient compte aussi mais pour dessiner les autres constellations ( la Girafe alias la Constellation de Bâ et la Petite Ourse alias la Constellation de Bébon ) environnantes à celle de Draco :

 

draco-et-giraf-et-petite-ourse

Voici ci-dessous la version égyptienne colorisée stylisée ( en fait, il ne s’agit pas à proprement dit de « style » mais plutôt de la superposition de la combinaison des 4 angles différents qui donne ce résultat esthétique ) de la même scène astronomique que ci-dessus :

draco-juste

Voici les 3 représentations officielles les plus courantes de la Constellation de Draco observées par les astronomes :

Il suffit de superposer un des dessins de la Constellation Draco sur Touaret-Seth l’Hippopotame pour pouvoir l’identifier :

Identification astronomique :

Le Dragon est une des 88 constellations du ciel, la huitième par la taille. Elle est composée d’une longue suite d’étoiles qui longe une partie de la Petite Ourse. Malgré sa longueur, elle ne contient pas d’étoile véritablement brillante. Le Dragon était l’une des 48 constellations identifiées par Ptolémée.
Le « corps du dragon » actuel n’a pas de forme très nette, suivant les conditions de visibilité on peut y voir un rectangle ou un pentagone très écrasé.
Autrefois, la petite Ourse faisait partie du Dragon, dont elle constituait l’aile. Le Dragon était alors beaucoup plus majestueux, avec la tête de la Petite Ourse constituant l’articulation de l’aile et la limite du corps du Dragon, et la chaîne vers Polaris marquant le bord de l’aile.
Mais cette dernière hypothèse est plus ridicule que sérieuse, du fait que « autrefois » c’est à dire avant – 150, les Grecs représentaient Draco comme un long serpent et non comme un dragon volant, comme nous l’avons vu avec cette analyse.

Les Constellations limitrophes sont : Hercules-Somtous le Fils de Herichef, Ursa Minor-Le Chien de Bébon,…

——————————————————————-

Cette page fait partie d’un ensemble dont le travail de recherche consiste à décrypter les personnages du Zodiaque de Denderah, ce travail de recherche inclut un Zodiaque-Map cliquable, ainsi qu’une représentation fidèle en très grande taille du Zodiaque de Denderah.

Vous avez la possibilité de commander un Poster de ce Zodiaque en couleurs d’une taille à partir de 80 cm sur 120 cm, numéroté et portant un Flash-code contenant votre identité, et ce dans plusieurs versions figuratives ou astronomiques ) livrable via la poste partout dans le monde.

Vous pouvez lire aussi le travail de recherche qui sert d’introduction aux Constellations Égyptiennes à cette adresse :

Lien vers le travail de recherche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s