Constellation Sagitta-Le Dard de Ched

Sur le Zodiaque, on peut voir que le Sagittaire tient un arc, prêt à tirer une flèche mais qu’aussi une de ces queues possède un dard de scorpion que l’on appelle aussi flèche :

Agrandissons-le :

La Flèche en Egypte Antique :

Les arcs et les flèches ont été présents dans la culture égyptienne depuis ses origines pré dynastiques. Le tir à l’arc était pratiqué tant pour la chasse que pour la guerre.
Les « Neuf arcs » symbolisent les ennemis traditionnels de l’Égypte.

Les flèches sont un symbole fort dans la symbolique égyptienne. Elles représentent la puissance et la vitesse. C’est un symbole de la puissance et de l’activité divine.

Quelques divinités Égyptiennes sont liées à l’archerie, comme nous l’avons vu, notamment avec la déesse Neith qui représente la Constellation Canis Major.
Neith est aussi démiurge érudite connaissant le sens et le pouvoir des mots, elle aurait créé le monde à l’aide de « sept paroles » ou de « sept flèches », elle est aussi la Déesse de la chasse et de la guerre.

Symbolique de la Flèche Égyptienne :

Le pharaon pendant la fête de l’Heb Sed ( dans l’Égypte antique, la fête-Sed était la fête de jubilé célébrée traditionnellement à partir de la trentième année de règne d’un pharaon. Elle fait partie de la tradition pharaonique qui débuta avec les premières dynasties ( notamment sous Pépi Ier ) et perdurera au moins jusqu’à la XXIIe dynastie ) tire quatre flèches aux quatre points cardinaux pour légitimer encore une fois son pouvoir en montrant que sa puissance s’étend dans toutes les directions.

Les Égyptiens voyaient aussi la forme de l’arc dans le Clair de Lune.

Flèche et Char :

Nous le savons, les Anciens Égyptiens chassaient et guerroyaient sur des chars conduit par des chevaux, ce char leur permettait de tirer de nombreuses flèches, sans qu’on puisse, les atteindre du fait de la vitesse des chevaux.

La Flèche astronomique :

Revenons à la Constellation Sagitta – La Flèche, on serait enclin à dire sans réfléchir, que la flèche que tire le Sagittaire est la Constellation Sagitta d’autant que le Sagittaire porte une partie du nom de la Flèche, et c’est normal, le Sagittaire est d’abord un Archer avant d’être un centaure, voici la représentation du sagittaire telle qu’elle fût dessinée par par Friedrich Christian Matthiae en 1816 sur base du catalogue d’étoiles d’Eratosthène :

Le Sagittaire désigne donc davantage un archer qu’un centaure armé d’un arc et d’une flèche, du moins pour Friedrich Christian Matthiae. Source

L’Astronomie indique que la Constellation de la Flèche se trouve environné par les Constellations de l’Aigle et d’Hercule.

Si on se reporte au Zodiaque de Denderah ou peu importe le planisphère céleste, on constate que la Flèche que tient le Sagittaire si elle était décochée atteindrait le Scorpion, ce qui l’éloignerait de la Constellation Aquila-Le Vautour de Nekbeth et de la constellation Delphinus-Dauphin, cette dernière faisant partie du corps du Capricorne, nous le verrons dans l’analyse qui lui est échue.

Ce n’est donc pas de la flèche du Sagittaire dont il s’agit.

Mais que sait on réellement à propos de la Flèche, si ce n’est que la traduction de ce mot, s’exprime en latin par Sagitta ou Telum, le Sagittaire lui, nous l’avons vu signifie l’Archer.

Selon Joseph Jérôme Le Français ( de Lalande ) de l’Académie des sciences dans son livre Astronomie volume 1, le Synonyme astronomique de Sagitta est Sagitta Herculea, en référence à la Flèche d’Hercule, mais l’Académicien rajoute que la Flèche se nomme aussi le Dard.

Histoire du Dard :

Le mot Dard s’écrit aussi Dart, mais cette orthographe est anglophone, mais peu importe, puisque le mot dart ou dard désigne tous les deux une flèche ou fléchette.

L’histoire des fléchettes date de plusieurs siècles, les historiens rapportent que les archers anglais , vainqueurs des français à la bataille d’Azincourt en 1415, s’exerçaient aux Darts. Des dessins de Léonard de Vinci (1452-1519 ) récemment découverts, nous montrent des fléchettes originales conçues par lui. A la cour des rois d’Angleterre, le jeu de Darts était l’un des passe-temps favoris des Tudors. En 1534, Anne Boleyn offrit à son mari Henri VIII un jeu de fléchettes finement ciselé par les maîtres espagnols de Biscaye.
Henri VIII d’Angleterre et Charles VI de France auraient été des amateurs de fléchettes.

Faut-il pour autant chercher son origine en Grande Bretagne. Il est quand même admis généralement que des archers anglais, ne pouvant s’entraîner en hiver, ont inventé un jeu d’adresse nouveau leur permettant de se maintenir en forme : ayant suspendu une cible en bois au mur d’une auberge, ils auraient eu l’idée de réduire la taille de leurs flèches afin de pouvoir les lancer à la main… les Darts ou Dards étaient nés…

De plus le jeu de fléchettes moderne a été largement associé aux pubs anglais.

On remarquera que la Cible du jeu de dards ressemble à un planisphère circulaire…

Le Dard du Scorpion :

Le métasoma ou queue du Scorpion est divisé en cinq segments, le dernier portant l’anus et le telson qui est la vésicule à venin terminée par un aiguillon.

Toutes les espèces de scorpions sont venimeuses et la quasi totalité des espèces utilisent des venins neurotoxiques.

Contrairement au dard de la Guêpe, qui n’est qu’une pointe reliée à son abdomen, on désigne aussi le dard du Scorpion, en rajoutant le terme « caudal », ce qui signifie : la queue du dard ou le dard en forme de queue, qui donna l’expression latine : « in cauda venenum » qui signifie : dans la queue le venin.

Flèche ou trait :

La sarbacane est connue depuis l’Antiquité comme une arme chez différents peuples du monde entier.

La sarbacane est un tube avec lequel on lance de petits projectiles ( traits ou fléchettes ou encore dards ) par la force du souffle :

Le lien entre la fléchette de la sarbacane et le dard du Scorpion est évident, puisque on enduisait la pointe de la fléchette du poison extrait du venin du scorpion entre autre.

Le Dard du Zodiaque :

C’est donc aussi un dard ou un trait qu’il faut chercher sur le Zodiaque Egyptien pour retrouver Sagitta.

Le Sagittaire en tant que Centaure sur le Zodiaque de Denderah, on observe que celui-ci possède deux queues, l’une baissée et l’autre levée, cette dernière ressemble à un dard de Scorpion :

Voici en plus net deux autres visions de la queue de Scorpion du Sagittaire, provenant notamment pour l’une d’elles du Temple d’Esna :

Si on observe bien le Dard du Sagittaire du Zodiaque de Denderah, on constate qu’il est formée de 4 petites boules complètes et au bout du dard qui lui aussi à la forme d’une boule « pointue » ».

208892_395688710529900_1252506859_n
C’est exactement le nombre de 5 étoiles de la Constellation de la Flèche :

Selon certains Astronomes, la constellation Sagitta ne possède que 4 étoiles, dans ce cas, il suffit de retenir soit que la première « boule » qui débute à partir du postérieur du Sagittaire n’est pas une « boule » mais le commencement de la queue ou soit que le dard et sa pointe ne sont pas une « boule » à proprement dit.

Les Mésopotamiens représentaient aussi le Sagittaire avec une queue de Scorpion :

Si donc on considère que le dard à 4 ou 5 étoiles que forme la queue de scorpion du Sagittaire, est une flèche, soit celle-ci est décochée en direction de l’Aigle, soit elle l’indique comme une flèche signalétique, sa trajectoire désigne clairement le Vautour -Aquila nous avons déjà ananlysé cette Constellation Aquila-Le Vautour de Nekbeth.

Le Vautour et l’Aigle, au demeurant appartiennent à la même espèce, les Rapaces.

Nous avons vu avec la Constellation Aquila-Le Vautour de Nekbeth. que l’Aigle représente pour les Greco-Romains, leur dieu Zeus-Jupiter, de fait, il est serait hérétique pour leur culture que l’Aigle soit visé, atteint, de fait, les astronomes du début du 17 ième Siècle, ont représenté Sagitta soit dans les mains de Antinoüs ou Ganymède qui donc protègerait son amant, soit la flèche au dessus de l’Aigle Zeus :

En fait les Astronomes de l’époque ne savaient plus où placer Sagitta, ils savaient juste que Aratus de Soles et Claude Ptolémée avait répertorié la constellation Sagitta.
Il est vrai que sans les traits ou lignes reliant les étoiles de cette constellation dont la taille est très « petite » du fait de son éloignement, il est difficile de la voir dans le ciel :

Cela pourrait être en effet, n’importe quelles groupes de 5 ou 4 étoiles …

La Flèche et les Grecs :

D’après les Grecs, ce dard-flèche ou cette flèche-dard est tirée en direction de l’Aigle par le Roi Tros , il voulait ainsi empêcher le kidnapping ou l’enlèvement de son fils Ganymède pour le sauver des serres du rapace.
Zeus voyant la scène, figeât à tout jamais la flèche qui restât dans le ciel, quand au Prince Ganymède, il ne fût donc pas sauvé et finassât sa vie auprès de Zeus qui en abusa sexuellement.

Mais d’autres Grecs disent que la flèche est une des flèches dont se servit Heraklès-Hercule-Somtous le Fils de Hérichef pour tuer le vautour qui dévorait le foie de Prométhée, dont voici une représentation réalisée par Gustave Moreau (1826-1898) :

( On remarque que le peintre Gustave Moreau représenta un vautour ( même deux vautours ) plutôt qu’un Aigle, ce qui est très particulier étant donné, que c’est Zeus qui punit Prométhée, et nous savons que c’est l’Aigle qui incarne le dieu des dieux grecs).

Voici néanmoins une représentation plus ancienne de la scène datant de -570, précisons que les historiens de l’art indiquent que c’est Atlas et non pas Héraklès que l’on y voit :

Zeus enchaîna Prométhée à un rocher qui avait dérobé le Feu aux Dieux pour le donner aux Hommes, il resta ainsi enchaîné pendant trente mille ans (!) Zeus plaça à ses côtés un vautour qui rongeait son foie, lequel toutes les nuits se reconstituait pour que le lendemain, le Vautour le lui dévore à nouveau.

Selon Eschyle, Zeus-Jupiter envoie l’aigle à Prométhée que parce qu’il refuse de lui révéler qui le détrônera un jour.

Dans une autre version, Prométhée, que ses douleurs tenaient toujours éveillé, entendit la conversation des parques et en fit part à Zeus qui craignant d’avoir un fils de la néréide Thétis ( elle ne doit pas être confondue avec Téthys, qui elle est une divinité marine primordiale ) qui ferait à son égard ce que lui même avait fait à Cronos-Saturne son père.

Zeus crut devoir marquer à Prométhée sa reconnaissance en brisant ses liens, ce n’est donc plus Héraklès qui le libéra dans cette version.

Encore une autre version dit qu’Hercule, chargé par Eurysthée d’aller cueillir des pommes au jardin des Hespérides, gardé par le dragon céleste, se trompa de chemin et arriva au Caucase.
Là il trouva Prométhée enchaîné qui lui indiqua sa route.
Ce héros, après la conquête des pommes, revint trouver Prométhée et le délivra de ses chaînes en reconnaissance du service qu’il lui avait rendu, c’est ainsi que le Vautour fut tué.

Les premières allusions à ce mythe apparaissent seulement aux XV et XVI siècles ( Calderón écrit en 1669 « La Estatua de Prometeo »).

Prométhée et le Feu :

Il est intéressant de noter que le Feu est attribué comme élément au Signe du Sagittaire selon la Tétrabible de Claude Ptolémée.

Le Mythe de Prométhée indique aussi que c’est le Centaure Chiron qui « fatigué de la vie » c’est à dire de son immortalité, la légua à Prométhée qui devint ainsi l’égal des dieux.

Création de la Mythologie Grecque :

Il est évident que les Grecs se servirent des constellations pour créer leur mythologie, étant donné que voilà réunit 3 éléments dans un même « couloir de vision » que l’on observe aisément sur le Zodiaque de Denderah :

Mais aussi sur n’importe quel zodiaque ou planisphère céleste :

Certes, nous avons vu que les Grecs nomment aussi le Centaure sous les noms de Crotos et Pholos pour désigner le Sagittaire, mais qu’importe, il s’agit bien d’un centaure.

Note astronomique :

Il semble superflu mais si vous lisez cette analyse sans avoir lu celles des autres constellations, il est important de préciser, que le Zodiaque de Denderah ne raconte pas la mythologie Grecque, cette analyse de la Constellation Sagitta démontre seulement que les Grecs semblent s’être basés sur les constellations pour créer leur héros et non le contraire évidemment.

N’oublions pas que Aratos de Soles et Claude Ptolémée n’ont jamais représenté de personnages dans le ciel, ils se sont contentés de cataloguer seulement les étoiles.

Les Babyloniens de Mésopotamie, eux n’ont jamais représenté le ciel sous une forme circulaire, ils se contentaient seulement de sculpter des indications sur des « stèles » informes comme ce Kudurru kassite ( -1125 à -1100 ) :

Eros-Cupidon et sa flèche :

D’autre sources grecques, indiquent que c’est tout simplement la Flèche de Cupidon qui est représentée dans le ciel :

Nous l’avons vu Eros-Cupidon fût inspiré par le personnage du Mythe de Ganymède et celui de Antinoüs des Romains.

Zeus incarnation du mâle :

Arrêtons-nous quelques instants, sur le symbolisme de Zeus-Jupiter, nous le savons ce dieu est l’incarnation du mâle par excellence ou par défaut, en effet, lorsque Ganymède qui est aussi superposé à Eros dont les Romains firent leur Antinoüs, fût enlevé par Zeus, c’était pour assouvir les penchants homosexuels et « accessoirement » pédophiles du dieu des dieux.

Les Grecs n’hésitèrent donc pas à faire du Dieu des Dieux, un bisexuel pédophile, pourquoi une telle précision ?

C’est simple, Zeus incarne l’Homme, le Patriarche, le Patriarcat, c’est-à-dire une société fondée par les hommes pour les hommes, la femme n’est pour les Grecs, de manière très raccourcie sauf exceptions, qu’un ventre, d’où devait naître exclusivement des hommes, qui devaient avoir un destin de héros.

Dans l’astrologie selon Claude Ptolémée, les personnes nées sous le Signe du Sagittaire incarnent sauf exceptions l’homosexualité masculine ou du moins un amour ou considération inconditionnels du Père.
Que ce soit en négatif ou en positif, le Sagittaire en tant que personne entretient en général une relation forte avec son père, avec l’Homme.

Il n’est donc pas étonnant que lorsque Zeus, prit l’apparence du dieu des Catholiques, qu’ils le nommèrent « le Père », « Au nom du Père », Michel Angelo, le Peintre qui était né sous le Signe des Poissons ( ce Signe est, avec le Sagittaire, aussi régi par Zeus-Jupiter selon Claude Ptolémée ) a bien peint sur la voûte de la Chapelle Sixtine, comme image du dieu des catholiques, une représentation de Zeus-Jupiter :

Si on observe les représentations de Zeus, en tant que dieu grec, en effet, il n’y a pas photo, il lui ressemble beaucoup, le voici en compagnie de Héra :

N’oublions pas que la religion Chrétienne n’existe que parce que les Romains l’ont bien voulu, notamment par le biais de l’empereur Constantin, celui-ci c’est surement dit : « Qu’importe comme on nomme le dieu des dieux, pourvu que ce soit lui qu’on adore », c’est ainsi que Zeus-Jupiter passa du statut du « dieu des dieux » à dieu unique.
Si les Chrétiens s’étaient opposés à la superposition de la religion romaine, nul doute qu’ils auraient été tous massacrés, car au 4 ième Siècle, le nombre de chrétiens n’était pas celui qu’il devint par la suite.

D’ailleurs, pour refermer ce chapitre sur Zeus-Jupiter-Dieu, ne dit-on pas « Religion Catholico-Romaine », c’est bien la démonstration que les Greco-Romains ont eu une influence considérable dans la création de la Bible, dont le nouveau testament fût rédigé sous le Concile de Nicée en 325 ?!

Version astronomique du Mythe de Zeus :

Pourquoi Zeus devint si populaire en Grèce ?

Les Astronomes de l’Antiquité qu’ils soient Egyptiens, Babyloniens ou Grecs, voir aussi asiatiques et Hindous, savaient déjà que si l’astre Jupiter n’était pas là, la Terre serait détruite par les Météorites, depuis longtemps.

En effet, du fait de sa taille, et de son champ d’attraction, Jupiter attire les astéroïdes et météores de la fameuse ceinture situé entre Mars et Jupiter et nous préserve donc d’un cataclysme venant du ciel, certes, il arrive malgré la présence de Zeus, qu’un astéroïde s’écrase sur Terre, les Antiques en avaient conclu que Zeus n’avaient pas été assez vénéré, c’est ainsi qu’ils redoublèrent d’attention à son égard et lui donnèrent pratiquement toujours le premier rôle dans leurs histoires, légendes et mythes, du moins, les Grecs s’y sont vraiment illustrés, parfois avec abus.

Zeus est aussi une référence au Démiurge Egyptien qui aurait donné naissance à l’humanité par éjaculation de son sperme dans le Cosmos.

Zeus-Jupiter et son Ère :

Si nous avons parlé du Signe astrologique des Poissons ( Signe régi aussi par Zeus-Jupiter, selon Claude Ptolémée ) du Peintre Michel Angelo qui a peint la représentation de Zeus dans la Chapelle Sixtine.
C’était pour souligner que Michel Ange ne pouvait que se représenter le dieu des catholiques sous l’aspect de Zeus-Jupiter, selon son signe astrologique, c’est du moins ce que pensa le Pape Jules II qui insista pour que ce soit Michel Ange qui se charge de cette illustration.
Les Papes utilisèrent et continuent mais plus discrètement à utiliser l’astrologie et ses symboles astronomiques.

Influence Chrétienne dans l’Astronomie :

Le ciel astronomique fût, pendant un temps, vers le XVII ième Siècle, peuplé des personnages de la Bible, Sagitta fût représenté sous l’aspect de Saint Matthieu par Julius Schiller dans son Coelum Stellatum Christianum, daté de 1627.

Source : http://www.lindahall.org/services

Matthieu, ou Matthieu-Lévi ou saint Matthieu (Grec Matthaios, transcrit de l’Hébreu mattai, mattay, abréviation de mattithyahû, mattith = don et Yâhû = Yavhé), l’un des douze apôtres cités par les Évangiles. Dans la tradition chrétienne, il est souvent symbolisé par un homme (souvent ailé) parce que son évangile commence par la généalogie du Christ.

Né en Galilée, de son nom Lévi, il était publicain (percepteur des impôts) à Capharnaüm ( comme quoi, la Religion est aussi une affaire de sous…).

Dans l’Évangile selon Matthieu : « Jésus vit en passant, un homme assis au bureau de la douane ; son nom était Matthieu. Il lui dit : Suis-moi ! Et, se levant, il le suivit.» Matthieu 9.9.

Selon Molière dans sa pièce « L’Avare ou l’École du mensonge de Molière » (1668), un de ces personnages nommé La Flèche utilise pour désigner l’usurier un terme familier et injurieux « fesse-mathieux » qui renvoie au métier de St Matthieu avant sa conversion : celui de collecteur d’impôts pour le compte de l’occupant romain.

On peut dire aussi que Saint Matthieu est souvent représenté avec des Ailes, bien que le Vatican déconseille qu’on le prenne pour un ange.

Vision astronomique de l’Égypte Antique :

Nous l’avons vu la Constellation Sagitta est en fait la queue de Scorpion du Sagittaire que les Égyptiens nommaient Shed ou Ched, complément d’infos sur Shed à cette adresse.

Shed chassant

Saviez-vous que le Sagittaire ( et non pas le Centaure qui n’est pas représenté en tant qu’archer ) est la représentation Grecque de la divinité Égyptienne nommée Shed ou Ched :

Le dieu Shed ou Ched « le sauveur » est généralement représenté sous la forme d’un jeune-homme princier portant la mèche de l’enfance et l’uraeus royal, parfois il est représenté nu, mais le plus souvent il est vêtu d’un pagne plus long derrière que devant.

Il a aussi un arc et des flèches pour combattre les esprits malins et dominer les animaux dangereux comme le scorpion, le serpent et le crocodile ; il peut aussi apparaître debout sur un char tiré par des chevaux. »

Particularité :

« C’est étrangement sous le règne d’Akhénaton, période supposée monothéiste qu’apparut pour la première fois cette divinité, malgré les interdictions de pharaon à vénérer toute autre forme de dieu que Aton, d’après deux stèles retrouvées dans une maison dans la ville oubliée d’Akhet-Aton en Moyenne-Egypte. Les égyptiens vénéraient ce dieu pour qu’il les protège contres les morsures de serpents et les piqures de scorpions.

A l’origine ce signe, il est une représentation du Pharaon détruisant le démon symbolisé par un animal nuisible. De Pharaon chassant le mal, il devient Shed le sauveur et son corps se lie aux chevaux de son attelage. »

Astronomie égyptienne :

On pensait jusqu’ici que la désignation par un personnage de telle ou telle constellation, était arbitraire, c’est à dire que les Astronomes nous imposeraient un imaginaire auquel nous devons nous fier, sans objections.

Mais selon certains excellents clichés pris par des observatoires ( Pérou, Mexique, …) où le ciel est encore relativement pur, protégé contre la pollution lumineuse mais aussi industrielle, un ciel pur comme celui que l’on devait observer à l’époque de l’Égypte Antique, on constate que nous sommes loin de l’imagination telle que la conçoive, les rationalistes.

En effet, sur un de ces clichés, on devine bien la forme du Sagittaire, on observe les pattes qui galopent à fière allure et le buste d’un homme tenant un arc dont on suppose qu’une flèche va en être décoché :

sagittaire Shed

( Sa Flèche décochée en direction de la Constellation du Scorpion… ).

Cette constellation est représentée fidèlement par les anciens Égyptiens qui ont sculpté le Zodiaque circulaire du Temple d’Hathor, à Denderah.

De deux choses l’une, soit les Anciens Égyptiens se sont basés sur le ciel astronomique pour en tirer les divinités qu’ils « adoraient » et donc, nous ont transmis les fondements de l’Astronomie tant visuellement que via leur mythologie, selon un nombre de plus de 70 constellations reconnues encore actuellement par les Astronomes Modernes.

Soit, les Anciens Égyptiens on attendu les Grecs pour s’intéresser à l’astronomie, mais dans ce cas, n’oublions pas que Ched date du Nouvel Empire, période où aucun contact n’est établi entre l’Ancienne Égypte et la Grèce…

Bref, nous avons peut être tort de percevoir les Anciens Égyptiens comme des êtres superstitieux, adorateurs, idolâtres, certes au fil du temps, l’astronomie égyptienne a subi des adaptations, on y a rajouté des personnages, des relations, des scenarii, mais les fondements de l’Ancienne Égypte sont eux, issus directement de l’Astronomie et le ciel nous le témoigne.

Voyons si cette queue Sagitta se retrouve dans l’Uranometria de Bayer, la Bible des Astronomes Modernes, voici la page de Sagitta qui nous montre une flèche en acier qui si elle devait être lancée n’irait pas bien loin du fait de son poids et de sa courte longueur  ou alors il s’agit d’une flèche d’arbalète du latin arcuballista ( rien à voir avec le mot sagitta qui est une arme de trait, constituée d’un arc lançant des projectiles appelés « carreaux ».

15-bayer-uranometria-1603

Bayer la dessine droite mais elle ne l’est pas selon les Astronomes Modernes en effet, voici son dessin linéaire :

sagitta-lignes-vertes

Il semble difficile de voir le Dard Egyptien et pourtant il est là devant vos yeux, si vous supprimez à jamais de votre esprit les Dessins Latins, vous allez pouvoir l’observer sous 4 angles de vision différents et vous allez comprendre à quelles autres Constellations que le Dessin de Bayer ne couvre pas toutes les étoiles, elles appartiennent :

sagitta-lignes-bleues-bis-bis-bis-bis

On observe clairement un Dard apparenté à celui d’un Scorpion et à l’intérieur du dessin linéaire égyptien se trouvent bien incluses les étoiles de Sagitta de Bayer, continuons mais en changeant d’angle, on peut passer d’un angle rapproché à un angle éloigné et là forcément, on observera d’autres constellations, le cul du Sagittaire avec sa double queue, le Mérou égyptien ( Delphinus ) et une partie du Capricornus, ainsi que le Vautour égyptien prenant son envol que les Latins nommeront Aquila l’Aigle et une partie des jambes ( les pieds ) de Hercules :

sagitta-lignes-bleues-colorise-bissssss

Voici la version colorisée pour vous aider à les discerner :

sagitta-lignes-bleues-colorise

On observe bien ci-dessus, pratiquement aux mêmes endroits place que ceux de Bayer, que ses étoiles Latines non couvertes par le dessin latins sont suffisantes pour discerner les personnages égyptiens environnants Sagitta, et ce sont toujours les Constellations environnantes qui déterminent l’emplacement d’une Constellation peu importe laquelle, continuons à changer d’angle tout en gardant en tête ces personnages égyptiens :

sagitta-lignes-bleues-colorise-bis-lignes-vertes

Ce-dessus, Delphinus le Mérou n’est plus visible c’est le Capricorne qui l’est des pattes avants aux cordes, on voit aussi une sorte de losange à votre droite, sans doute l’aile du Sagittaire dont on voit la patte arrière ( le dessin est déformé parce que Bayer n’a pas jugé nécessaire d’indiquer plus d’étoiles, il ne devait dessiner qu’une flèche :

sagitta-lignes-bleues-colorise-bis-bis-lignes-vertes

Ci-dessus, on observe que la tête de Capricornus n’est plus visible, mais on voit bien ses pattes avant toujours derrière le cul du Sagittaire avec sa double queue, en fin pour terminer avec le quatrième angle, on observe ci-dessous, le dard très très agrandi :

sagitta-lignes-bleues-final-lignes-vertes

Il s’agit bien d’un Dard et cette analyse vous a démontré que les Astronomes Modernes se basent sur un Ciel qui est juste pour ses étoiles mais dont les personnages excepté cette flèche ne sont pas aussi reconnaissables que ceux égyptiens.

Voici les 4 représentations officielles les plus courantes de la Constellation Sagitta observées par les astronomes :

Il suffit de superposer un des dessins de la Constellation Sagitta sur la Constellation Le dard de Ched pour pouvoir l’identifier :

Nous avons pu observer que le dard du Scorpion du Sagittaire indique bien la Constellation Aquila-Le Vautour de Nekbeth, cette indication est appuyée par le sens vers le haut du dard de Scorpion du Sagittaire du Zodiaque Égyptien contrairement au dard du Scorpion qui lui indique le bas, en tant que arthropode :

Identification astronomique :

La Flèche est la troisième plus petite constellation du ciel.
La Flèche est l’une des 48 constellations répertoriées par Ptolémée, même si elle était alors beaucoup plus petite (environ 4 degrés carrés).
D’après la légende, la Flèche aurait été lancée par Hercule en de l’Aigle. Il pourrait également s’agir de la flèche de Cupidon ou même de celle du Sagittaire, ce qui en fait une flèche à la trajectoire capricieuse…

Avant que la Constellation de la Flèche ne soit adoptée par tous sous le nom de Sagitta, ont la nommaient Telum notamment par les astronomes Cornelius Gemma (1535–1578) et Albrecht Durer, Telum se traduit du latin par : arme de jet, trait, javelot :

Les Constellations limitrophes sont : Aquila-Le Vautour de Nekbeth, Hercules-Somtous le Fils de Hérichef, le Capricorne, …

 

——————————————————————-

Cette page fait partie d’un ensemble dont le travail de recherche consiste à décrypter les personnages du Zodiaque de Denderah, ce travail de recherche inclut un Zodiaque-Map cliquable, ainsi qu’une représentation fidèle en très grande taille du Zodiaque de Denderah.

Vous avez la possibilité de commander un Poster de ce Zodiaque en couleurs d’une taille à partir de 80 cm sur 120 cm, numéroté et portant un Flash-code contenant votre identité, et ce dans plusieurs versions figuratives ou astronomiques ) livrable via la poste partout dans le monde.

Vous pouvez lire aussi le travail de recherche qui sert d’introduction aux Constellations Égyptiennes à cette adresse :

Lien vers le travail de recherche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s