Constellation Equuleus-Le Lama d’Egypte

Au-dessus de la tête du Verseau en dessous d’un Cheval, on peut voir un animal quadrupède sans tête :

Agrandissons-le :

Petit cheval ou Poulain ? :

En latin equulus et non pas equuleus ( se mot n’existe que pour la constellation ) se traduit par poulain ou jeune cheval ou encore chevalet ( de peintre par ex ) et non pas « petit cheval » comme si on parlait de la taille.

Chevalet :

Nous savons tous qu’un chevalet est un chassis de bois sur lequel les Peintres posent leurs tableaux quand ils travaillent mais :

Le chevalet était aussi une espèce de supplice, ou de torture, ressemblant à la selle d’un cheval de bois et qui avait un angle fort pointu sur lequel on mettait la victime auquel on attachait des poids aux pieds, ainsi l’arête formé par les deux panneaux rentrait dans la chair du supplicié selon le poids.

Chevalet signifie aussi le clou qui attache l’alidade ( une alidade est une réglette mobile en rotation autour de l’axe vertical ou horizontal d’un instrument permettant la mesure d’angle, cette réglette est équipée d’un système de visée ) à l’astrolabe.

Les Imprimeurs appellent aussi chevalet, la partie de la presse sur laquelle s’abat le barreau après qu’il a tiré.

Chevalet a encore d’autres définitions, notamment en imprimerie, en charpenterie, en musique, …

Nous pouvons sur base de la forme ancienne de la constellation Equuleus-Petit Cheval avant que les astronomes n’essayent d’en faire la tête d’un cheval, retenir le mot chevalet plutôt que poulain ou petit cheval :

En effet, nous l’avons vu une des définitions du mot chevalet indique un « clou » plié ou recourbé qui relie l’alidade à l’astrolabe :

Il indique aussi la partie qui retient un élément alors que celui-ci est penché soit dans le but de présenter cet élément ( un cadre par ex ) soit dans le but de travailler l’élément et ce dans le but de soulager le dos de l’artisan qui travaille cet élément :

Ce n’est donc pas un cheval ou une tête de cheval à proprement dit que désignait la constellation Equuleus à l’époque Antique, mais ce qui est amusant, c’est que si les astronomes nomment cette constellation « petit cheval »mais  pourquoi est ce juste la tête de celui-ci que l’on représente ?

C’est simple parce qu’il leur suffisait de poser cette tête « Equuleus » sur le cou de l' »animal sans tête » du Zodiaque pour qu’ils y voient un petit cheval ou d’après eux ce qui y ressemble :

Eh oui sans le Zodiaque Egyptien, jamais on aurait pu faire une tête de cheval avec une « simple ligne droite avec un angle » ( qui est aussi la forme de cette constellation ), c’est la preuve que Claude Ptolémée a forcément été faire un tour au Temple de Denderah avant de créer son catalogue d’étoiles…

Le Lama d’Egypte :

Le Lama nous le savons est réputé vivre uniquement en Amérique du Sud, pourtant on a retrouvé une palette représentant cet animal des Andes dans l’ancienne Egypte.

Cette palette à deux faces est supposée servir à broyer du fard pour les yeux.
Elle aurait été trouvée dans la région d’Abydos et sa datation est difficile à établir, mais d’après le style, la palette aurait remonterait à l’époque prédynastique de la civilisation égyptienne ( vers -5000 à -4500 ).

Certes, le Lama que nous connaissons aujourd’hui est plus court sur pattes bien qu’il existe plusieurs espèces mais leur longueur peut avoir été représentée ainsi, sans doute parce que le sculpteur a du commencer par le « palmier » et qu’il s’est rendu compte ensuite que la tête du lama n’atteindrait pas les feuilles, pour corriger son erreur, il a donc rallonger les pattes.

Ce genre d’erreurs arrivent souvent graphiquement parlant, même aujourd’hui, car sans une étude préalable de l’ensemble d’une oeuvre, les distances ne seront pas respectées c’est pour cela que l’Egypte a inventé le quadrillage qui permet d’avoir une base de mesure afin de respecter les proportions, il s’agit bien de la tête d’un lama et du corps de celui-ci :

Un autre détail devrait nous en convaincre, il s’agit des pattes qui ressemblent bien aux pattes de cet animal, comme nous le verrons plus loin.

Le Lama :

Le lama est un mammifère principalement de couleur beige sable et peut avoir quelques taches noires ou être totalement noir ou brun. Il a 30 dents, la lèvre supérieure est divisée et les oreilles sont faciles à diriger car elles sont très mobiles. Ses grands yeux ont beaucoup de long cils pour se protéger des insectes.
Son cou est mince et long, sa queue est épaisse mais très courte.

LAMA

Mode de vie:

La femelle n’a pas de chaleur et peut mettre bas toute l’année; elle se tient généralement en petit groupe avec un mâle.

Il est vivipare comme la plupart des mammifères. Il peut vivre sans eau et nourriture plus longtemps que la plupart des autres.

Aujourd’hui, on élève le Lama même en Occident dont le climat pourtant varie sensiblement de celui des Andes.

La Viande de Lama se conserve très bien plus d’un an, ce qui en fait, un aspect non négligeable pour de longs voyages sur mer…

Il existe plusieurs variantes du Lama, les Alpagas, le Guanaco

Alimentation:

Le Lama est herbivore et mange soit de l’herbe, soit 2 kg à 3 kg de feuilles par jour.

Différentes espèces du Camidé :

Certains continuent malgré tout à penser qu’il s’agit d’un autre animal, pourtant le Lama appartient à la famille des camélidés qui est composée de 3 genres :

Camelus ( dromadaire et chameaux ) :

Il y a 2 à 3 millions d’années, l’ancêtre du dromadaire aurait pénétré en Afrique. Les dromadaires existaient déjà dans la Corne de l’Afrique pendant la préhistoire et on a retrouvé des dents de dromadaire en Éthiopie ainsi que des peintures en Somalie et à Djibouti. La relation entre l’homme et le dromadaire remonte vers – 2000 ou – 3000.

Le dromadaire (Camelus dromedarius) à une bosse est déjà sporadiquement présent dans l’Égypte  Antique, mais c’est ce sont les conquérants étrangers (Assyriens, les Perses,  les Grecs) qui ont introduit ce camelidé sur une plus grande échelle.

Voici une représentation en terre cuite d’un dromadaire, provenant de Memphis, la date est incertaine mais elle pourrait dater d’avant l’Ancien Empire :

Memphis dromadaire en terre cuite

Sous la période ptolémaïque, et peut-être déjà sous les Perses (-525 à -343 ), le chameau (camelus bactrianus ) à deux bosses) a été utilisé comme principal animal de transport pour le désert.

Par contre, il n’existe pas à ce jour, de représentations  de ce camélidé sous la forme de bas ou de haut-relief.

Le Lama en détails :

Les paléontologues Joseph Leidy, Edward Drinker Cope et Othniel Charles Marsh ont interprété la découverte d’espèces disparues de l’ère tertiaire sur le continent américain, qui apporte des lumières sur l’apparition de cette famille et leurs relations avec les autres mammifères. À l’origine, les lamas n’étaient pas cantonnés à la partie du continent américain située au sud du canal de Panama comme ils le sont de nos jours. On en a découvert de nombreuses traces datées du pléistocène dans la région des montagnes Rocheuses ainsi qu’en Amérique centrale, dont certains beaucoup plus grands que les spécimens actuels. De nombreux animaux apparentés aux chameaux, montrant des mutations génétiques et une série progressive de changements, y ont été découverts dans des strates allant du pliocène au début du miocène. Comme aucune trace de camélidé n’a – à ce jour – été découverte dans des fouilles du vieux continent, il est actuellement admis que les Amériques sont leur terre d’origine et que certains sont passés en Asie, descendant vers le sud en fonction des modifications climatiques pour devenir les chameaux.

Vicugna ( Vigogne ) :

La vigogne est la plus petite de ces espèces, puisqu’elle n’a que 70 à 87 cm de hauteur à l’épaule et ne pèse que 45 Kg environ. Son aire de distribution originelle s’étend sur plus de 2000 km, du sud de l’Équateur au nord du Chili et au nord-ouest de l’Argentine, en passant par le Pérou et la Bolivie. Mais à mesure que l’activité humaine avance dans les Andes, l’animal se retire. Il vit par horde de 5 à 15 têtes en général que conduit un mâle adulte.

Le premier genre se rencontre on le sait en Afrique et en Asie, les deux autres sont originaires d’Amérique du Sud plus précisément de la Cordillère des Andes.

Les Lamas s’acclimatent très bien aussi sous le climat d’Occident ( et ce depuis 1850 sous Guillaume II roi de Hollande ) puisque de nombreux éleveurs en possèdent dans leur fermes, il faut donc se remettre en question quant à la réalité ou non de la présence d’une espèce de Lama en Egypte, qui certes aurait pu provenir d’Asie et de là provenir d’Amérique.

Quoi qu’il en soit cette tablette dite de Battelfield n’a pas fait le voyage par elle-même jusqu’à Abydos…

Le lama ne se monte pas, il peut être bâté tout comme l’âne, et porter jusqu’à trente kilos sur son dos. Il a l’avantage de posséder deux doigts à l’éxtrimité de chaque patte et des coussinets sous celles-ci. Son agilité lui permet des sauts pouvant ateindre 1m50.

Les Pattes du Lama :

Sur le Zodiaque Egyptien, nous remarquons que l’extrémité des pattes de l' »Animal sans tete », sont plus long que ceux des « sabots » que nous avons à l’esprit des mammifères comme pour le dromadaire.

Voici deux photos montrant en détails, la particularité des « sabots » du Lama :

Voici la partie des coussinets :

Les créateurs du Zodiaque de Denderah ont bien insisté sur la particularité des pattes du Lama afin d’éviter qu’on ne le confonde avec un cheval ( cheval que l’on peut voir d’ailleurs juste au-dessus du Lama ).

En général, le Lama contrairement à la Girafe, a les pattes avant plus courtes que les pattes arrières, c’est pourquoi son dos penche vers l’avant et que lorsqu’il se hisse, son dos est à l’horizontal.

Certains verront sur le zodiaque egyptien, peut être un âne à la place d’un lama bien que la queue d’un âne différé de celle d’un lama , qu’en est il de cet équidé ?

L’âne céleste ? :

L’âne était assimilé aux mauvais penchants de l’homme, à la luxure dans la culture égyptienne, mais c’est aussi un très bon moyen de transport quand il veut.

Il fût considéré comme l’avatar du Dieu Seth, ennemi d’Osiris et d’Horus.

Dans la littérature tardive, on parle des 77 ânes qui représentent les forces maléfiques qui mettent en péril le lever du soleil.

Lors de la mise en oeuvre des rituels osiriens de destruction de l’ennemi, c’est un âne que l’on sacrifiait.

Si c’est un âne pourquoi n’a t’il pas de tête, alors qu’il y avait la place pour la représenter, et pourquoi, le cou, si celui-ci appartient à un âne, est il « si » fin et droit ?

Les Égyptiens nous le savons, sont très doués dans le dessin et la sculpture, auraient ils pu commettre une telle erreur de proportions pour dessiner un âne ou un cheval ?

Évidemment que non, c’est pourquoi la Constellation du Petit Cheval n’est pas un cheval mais bien un Lama.

Pourquoi le Lama du Zodiaque Egyptien a des « sabots » aux pattes avant levées alors que les postérieurs sont elles bien à plat ?

Tout comme la gazelle girafe qu’on appelle aussi guérénouk ou gérénouk (Litocranius walleri), le Lama est obligé de se hisser sur ses pattes avant afin d’atteindre le feuillage des arbustes ou arbrisseau comme la ronce mais d’autres espèces également comme le pin ( acacia d’Egypte ) ainsi que nous l’avons vu les jeunes palmiers.

Equuleus chez les Grecs :

Celeris était le cheval que Neptune fit apparaître en frappant le sol de son trident lorsqu’il s’opposa à Minerve (Athéna en grec) pour nommer la ville d’Athènes. Ce cheval aurait été donné à Castor par Mercure.

Dans la mythologie romaine, Celeris (qui signifie rapidité) serait un cheval très rapide, frère ou fils de Pégase. Les Romains expliquaient ainsi la présence de la constellation du Petit Cheval aux côtés de celle de Pégase.

Il a bien fallu que les astronomes après le Moyen-Âge racontent une histoire « à la grecque » pour essayer de nous faire gober que la Constellation Equuleus est illustrée par un cheval légendaire, alors que nous l’avons vu Equueleus signifie aussi et surtout pour la langue occident un chevalet sinon, les latins auraient nommé cette constellation pitinnus equus ou minimus equus ou tout simplement căpŭt equus, soit tête de cheval, car la notion de petit de taille ne s’illustre pas en effet, Equuleus a une tête de la même proportion que celle de Pégase comme nous l’avons vu.

Influence Chrétienne dans l’Astronomie :

Le ciel astronomique fût, pendant un temps, vers le XVII ième Siècle, peuplé des personnages de la Bible, Equuleus fût aussi représenté sous l’aspect de la Cruche de Cana par Julius Schiller dans son Coelum Stellatum Christianum, daté de 1627.

Source : http://www.lindahall.org/services

Nous savons que Cana est connue pour le mariage auquel aurait assisté un certain Jésus, et nous savons aussi qu’en général, un couple hébreux se remarquait sous l’illustration de la femme porté par un âne guidé et tiré par un homme.

Lama ou Girafe ?

« Mais si c’était plutôt une Girafe? » diront certains.

« Le mot girafe … », dit M. Champollion-Figeac : « …est arrivé tout fait dans le français: c’est le mot arabe zoraféh; et l’on peut s’en tenir à la seule énonciation de cette origine, considérerons aussi que les syllabes de ce mot n’ont, en arabe, aucun sens analogue à ce quadrupède, et l’explication qu’en donnent les lexiques est tout à fait arbitraire.

On en conclut tout naturellement que la langue arabe a reçu ce mot tout fait d’un autre idiome.

Si l’on s’avance dans cette recherche, on trouve que le mot égytien soraphé est composé de deux racines qui signifient rigoureusement « long col » ou « tête allongée », et tel est le caractère éminent de la girafe mais aussi du lama certes en moindre proportion.

La Girafe est en effet plusieurs fois figurée sur les anciens monuments d’Egypte Antique comme celles du Temple de Beit el-Wali sous Ramsès II ( -1279 à -1213 ) :

La reine Hatshepsout , fille d’Amon reine-pharaon, cinquième souverain(e) de la XVIIIe dynastie ( -1550/-1292 ), avait envoyé 5 vaisseaux de vingt mètres de long, au Pays de Pount, ce pays serait l’actuelle Somalie, de là; ils ramenèrent du bois d’ébène, de l’électrum ( alliage naturel d’or et d’argent appelé aussi or vert ), des animaux sauvages des Babouins, des panthères, et bien sûr des girafes.

La Girafe « Camelopardalis » :

Camelopardalis traduit du latin : le « chameau-léopard » a été répertorié pour la « première fois » en 1624 par le mathématicien allemand Jakob Bartsch ( 1600-1633 ), même si elle a probablement été « inventée » préalablement par l’astronome et cartographe néerlandais Petrus Plancius ( 1552-1622 ).

Animal exotique, et donc nécessairement fabuleux, la girafe a longtemps fait l’objet de descriptions fantaisistes. Mieux, ces descriptions furent à l’origine de son nom puisqu’en grec comme en latin elle était désignée comme un être à l’apparence hybride, camelopardalis, le chameau-léopard, mais rares sont les astronomes qui la dessinèrent avec des « taches » du léopard, certains comme l’astronome Georg Christoph EIMMART la dessinait même avec une seule corne à la manière d’une licorne mais sans taches :

Mais Philippe de La Hire, mathématicien, physicien, météorologue et astronome ( 1640 à 1718 ) membre de l’Académie des sciences en 1678, ne la représente même pas en 1700 et ce plus d’un demi-siècle après Jakob Bartsch ou Petrus Plancius ! Source

Ce n’est pas étonnant que l’astronome de La Hire, ne la reprit pas dans ces nombreux planisphères précisons néanmoins, que cette analyse consacrée à la Constellation Equuleus ne conclut pas que Camelopardalis se trouve à l’endroit du « petit cheval » dans le ciel ou inversement, pas du tout, puisque les astronomes la situe du côté de Cepheus-Le Babouin de Thot, parmi les Constellations circumpolaires.

En 1789, le Dictionnaire de l’Académie française la mentionne encore à cameléopard mais n’en fait pas une constellation pour autant.

Pourtant Pline déjà au premier siècle rapporte qu’une girafe fut ramenée d’Egypte par Jules César qui an avait vu une dans le jardin zoologique d’Alexandrie; par la suite, on en vit dans les Jeux du Cirque, mais lorsque Rome réduisit l’Egypte à une simple province romaine, la Girafe disparut d’Egypte.

Voici une autre palette dite Battelfield où l’on voit que les « premiers » Egyptiens connaissaient aussi cet animal au long cou avec des « cornes » et savaient parfaitement le reproduire :

Y a t’il oui ou non une Girafe dans le ciel à cet endroit ou bien y a t’il autre chose, rappelons que la Constellation de la Girafe est toujours représentée avec la tête en bas ?

circum seules et perso et girafa isolée COLORE CERCLE CONSTELL ISOLEREsuperpo nasa ETOILES.jpg

Si nous nous servons des mêmes étoiles que celles de la Girafe mais qu’on relie d’autres de ses étoiles, on constate qu’une autre forme apparaît :

circum-seules-et-perso-et-girafa-isolee-colore-cercle-constell-isoleresuperpo-nasa-etoiles-egyptiennes-superpose

circum-seules-et-perso-et-girafa-isolee-colore-cercle-constell-isoleresuperpo-nasa-etoiles-egyptiennes

Dessinons le contour de cette autre forme suggérée pour reconnaître le personnage qui lui aussi tête baissée se trouve bien sur le Zodiaque de Denderah, presque au centre parmi les Constellations incluant les étoiles circumpolaires :

circum-seules-et-perso-et-girafa-isolee-colore-cercle-constell-isoleresuperpo-nasa-etoiles-egyptiennes-superpo-egy-forme

circum-zod-girafe

On observe qu’en lieu et place de la Girafe, les Anciens Egyptiens ont eux vu plutôt un Oiseau Ba, une sorte d’esprit qui demeure éternellement à l’instar des étoiles circumpolaires qui elles aussi semblent figées dans l’Espace et le Temps du moins jusqu’à ce que la Terre bascule à nouveau sur son axe.

Selon les Anciens Égyptiens, la composition de l’être humain dépasse la simple dualité entre le corps et l’âme. Chaque individu compte en lui une dizaine de composantes matérielles et immatérielles qui l’intègrent dans la sphère terrestre du sensible et dans la sphère impalpable des dieux et ancêtres. Après la mort, grâce à ses composantes éthérées, l’individu peut espérer une survie posthume dans la tombe et une existence immortelle auprès des puissances surnaturelles qui règlent les phénomènes cosmiques.

ba

L' »oiseau » Ba illustre donc cette éternité céleste car il si il est vrai que nous sommes des « Poussières d’étoiles », il est un fait que nous retournerons à cet état si on prend conscience que nous vivons dans le Cosmos et non pas à l’extérieur comme devant un poste de télévision ou un écran d’ordinateur, nous faisons partie intégrante du Cosmos et c’est ce que l’Oiseau Ba illustre mais dans le cas du Zodiaque de Denderah, cet oiseau à tête humaine ne porte pas de perruque mais porte une Couronne, l’Hedjet celle du Sud de l’Egypte car c’est par le Sud que l’âme de l’Égypte apparût et par conséquent demeure.

Dans ce cas-ci ce Ba est l’âme du Cosmos d’où sa couronne sans doute.

girafe-ba

Vision astronomique de l’Égypte Antique :

Nous l’avons vu la Constellation Equuleus que l’on nomme à tort « petit cheval » est en fait un Lama, cela est démontré par la position de cet animal qui se trouve bien à proximité d’un autre cheval complet lui sur le zodiaque égyptien, on peut même observer que ce cheval semble poser ses pattes arrières sur le dos du Lama.

La page de Equuleus dans l’Uranometria de Bayer nous montre 4 grosses étoiles et opte pour une tête de cheval mais cette forme pourrait s’adapter aussi pour un Lama, un chevreuil, un chameau, une girafe et encore d’autres animaux car à part l’ossature de la machoire, on ne voit pas d’oreilles ni de cou, la forme de Bayer pourrait aussi supposer la partie du corps sans tête et sans pattes d’un animal sans le distinguer bien que selon le sens, cette partie du corps évoque un Lama avec son torse bombé tant par sa morphologie du squelette que par le « collier » de poils qu’il arbore autour du cou et sur le torse.

18-bayer-uranometria-1603

Si on se rapporte à l’inscription manuscrite  » Delphinus » soit le Dauphin, on doit se dire : « Tiens, logiquement la page devrait montrer Delphinus à la place de Equuleus et Equuleus à la place de Delphinus géographiquement parlant. En effet, on ne peut pas placer les constellations n’importe où, mais c’était une pratique courante à l’époque de Bayer de positionner les constellations aux alentours juste pour s’en aider pour visualiser celle que l’on cherche, hélas cette pratique a perduré jusqu’à nos jours, la majorité des cartes du ciel modernes sont faites par la main de l’homme même si on est convaincu du contraire, c’est à dire qu’elles ne respectent pas la réalité céleste, on dispose les constellations un peu où on veut, selon la place que vont prendre les dessins et les formes linéaires modernes.

equeuleus-lignes-vertes

Voyons voir si avec si peu d’étoiles, on peut distinguer un lama malgré tout en l’observant sous tous les angles :

18-bayer-uranometria-1603-petit-chevalbis

18-bayer-uranometria-1603-petit-chevalbis-bis-bis

18-bayer-uranometria-1603-petit-cheval

18-bayer-uranometria-1603-petit-chevalbis-bis

C’est le dernier angle de vision qui nous aide à situer le Lama grâce à la Constellation Delphinus qui ici se trouve à la place qu’elle occupe dans le ciel, évidement le résultat est très schématisé mais néanmoins nous montre les deux pattes avant plus courtes que les pattes arrières, morphologie réelle d’un Lama.

Mais si tient compte de plus d’étoiles même avec une luminosité plus faible voire très faible ( bien que c’est une illusion suggérée par l’éloignement des étoiles ), on arrive avec une carte du ciel informatisée à observer très clairement un lama :

petit_cheval

petit_cheval-et-lama

petit_cheval-et-lama-color

Même si Bayer reste la référence astronomique chez les Astronomes modernes, une carte du ciel numérique est aussi d’une grande aide mais l’un sans l’autre, il est très difficile de situer et positionner correctement Equuleus, mais grâce au Zodiaque de Denderah, c’est un jeu d’enfant.

Voici les 4 représentations officielles les plus courantes de la Constellation Equuleus observées par les astronomes :

Il suffit de superposer un des dessins de la Constellation Equuleus sur la Constellation Le Lama d’Egypte pour pouvoir l’identifier :

Nous avons le choix, soit nous tenons compte juste de la ligne reliant 2 étoiles et dans ce cas, elle pourrait représenter le cou mince et droit du Lama, soit nous tenons compte de la forme du « chevalet » et dans ce cas, on comprend pourquoi le Lama du Zodiaque n’a pas de tête, puisque le chevalet est la tête du Lama.

Cette analyse opte pour le mot « Chevalet », qui trouve parfaitement sa place sur la Constellation du Lama d’Egypte, mais nous l’avons vu les autres formes de la Constellation Equuleus peuvent aussi s’y superposer parfaitement comme nous l’avons vu dans le chapitre « chevalet » en début de cette analyse.

Mais si certains restent sceptiques, les créateurs du Zodiaque Egyptien ont pu aussi représenter le Lama d’Egypte avec cette forme-là :

Identification astronomique :

Equuleus est une constellation de l’hémisphère nord, la plus petite de cet hémisphère.
Malgré sa taille et son absence d’étoile significative, Equuleus est bien l’une des 48 constellations considérées par Ptolémée dans son Almageste.

On appelait Equuleus autrefois « poul(a)in miparti » ou encore equus prior ( la racine du mot « prior » est liée au préfixe prae- : devant, avant ) et comme nous l’avons vu Chevalet.

Les Constellations limitrophes sont : Delphinus-Le Mérou d’Hatméhyt,
Pégasus, le Verseau,…

——————————————————————-

Cette page fait partie d’un ensemble dont le travail de recherche consiste à décrypter les personnages du Zodiaque de Denderah, ce travail de recherche inclut un Zodiaque-Map cliquable, ainsi qu’une représentation fidèle en très grande taille du Zodiaque de Denderah.

Vous avez la possibilité de commander un Poster de ce Zodiaque en couleurs d’une taille à partir de 80 cm sur 120 cm, numéroté et portant un Flash-code contenant votre identité, et ce dans plusieurs versions figuratives ou astronomiques ) livrable via la poste partout dans le monde.

Vous pouvez lire aussi le travail de recherche qui sert d’introduction aux Constellations Égyptiennes à cette adresse :

Lien vers le travail de recherche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s